Erwan Davoux est le fondateur et président du parti politique Rassemblement pour la Neuvième (RP9). Ancien chargé de mission au sein de la Fédération des Français de l’étranger, il a été relevé de ses fonctions par Christophe-André Frassa, le 29 novembre dernier. Aujourd’hui, il souhaite quitter les Républicains lors du congrès du parti prévu du 10 au 17 décembre.

Candidat malheureux dans la 9e circonscription des Français de l’étranger (Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest) lors des dernières législatives, Erwan Davouxenvisage de démissionner du parti LR à l’issue de son congrès (du 10 au 17 décembre).

Dénonçant une « porosité avec les idées du FN », il claquera la porte si le nouveau président LR, Laurent Wauquiez – qui a été élu ce dimanche dès le premier tour avec 74,64% des voix, contre 16,11% pour Florence Portelli et 9,25% pour Maël de Calan -, « s’inscrit sur une ligne dure et non dans une démarche de rassemblement ».


>>> A LIRE – France : Laurent Wauquiez, quand la route vers l’Elysée motive tous les zigzags


Chargé de mission au sein de la Fédération des Français de l’étranger, Davoux a été démis de ses fonctions le 29 novembre par le sénateur Christophe-André Frassa, représentant les Français établis hors de France.

Recours devant le Conseil constitutionnel

Cette décision fait suite à une lettre qu’Erwan Davoux avait adressée, le 22 novembre, à Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti, dans laquelle il dénonçait le manque de soutien de la fédération aux candidats LR lors des législatives.

Arrivé en troisième position au premier tour, avec près de 13 % des voix, Davoux a d’ailleurs déposé, fin juin, un recours devant le Conseil constitutionnel pour faire invalider cette élection.

Désormais président de son propre parti, Rassemblement pour la Neuvième (RP9), cet ex-chargé de mission à l’Élysée (pour la Francophonie, puis pour le monde arabe), a séjourné fin novembre au Tunisie, au Sénégal et au Maroc afin d’y implanter sa formation.